Pourquoi diable Facebook s’est emparé de votre visage depuis ce vendredi 25 mai 2018 ?

Ce message VOUS concerne, même si vous n’allez pas sur Facebook. Lisez puis diffusez ce message à vos proches, enfants et petits-enfants qui y ont un compte, car si vous apparaissez sur leurs photos… vous êtes exposés aux mêmes risques qu’eux. Ce réseau social n’en est pas à son premier scandale, mais la plupart des gens n’ont pas conscience de ce qui se trame en coulisses.

Vous allez comprendre les enjeux derrière ce piège bien tendu. Pour éviter de tomber dedans, je vous ai préparé un guide vidéo pour désactiver la reconnaissance faciale en 1 minute et quelques clics.

(Ne partagez PAS ces infos SENSIBLES sur le réseau Facebook, mais transférez plutôt cet email à vos proches. Je n’ai pas envie que Facebook ferme notre page !)

Un email bien étrange…

Comme vous, j’avais reçu cet e-mail de la part de Facebook avec un ultimatum :

L'etrange email de notification de Facebook avec un ultimatum au 25 mai

Avant, j’avais plutôt tendance à laisser traîner ce genre de messages en me disant que Facebook faisait bien ce qu’il voulait avec nos données, et qu’on pouvait de toute façon difficilement lutter.

Mais cette fois-ci je l’ai lu… et un détail m’a mis la puce à l’oreille : “la manière dont nous partageons les données, les systèmes et ressources technologiques”.

Un parfum de scandale

J’ai repensé à la récente affaire Cambridge Analytica et ses milliards de données siphonnées sur Facebook [1] par des applications annexes, diffusées par des entreprises “amies” ayant libre accès à la vie privée de beaucoup de monde.

87 millions d’utilisateurs de Facebook aux USA sont concernés. Plus de 200 000­­ d’utilisateurs français sont aussi touchés [2]. Et ce n’est probablement que la partie émergée de l’iceberg… en attendant le prochain scandale.

Ces données “volées”, déduites de notre activité sur Facebook (clics, réactions, commentaires, partages, photos…), portent sur :

  • la préférence sexuelle,
  • la couleur de la peau,
  • l’orientation politique,
  • les traumatismes vécus pendant l’enfance,
  • l’addiction à certaines substances illicites… !

Vous oseriez afficher un profil aussi complet vous concernant sur un panneau publicitaire de 4 mètres sur 3 en pleine ville ?

Bref, ces données très personnelles ont été utilisées lors de la campagne de Donald Trump pour diffuser des publicités en ligne ultra-ciblées [3].

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a présenté ses excuses pour avoir laissé filer ces données. En plus de la propagation de “fake news” (fausses nouvelles) et l’ingérence russe dans la campagne américaine [4], le lanceur d’alerte Christopher Wylie affirme que Cambridge Analytica serait aussi responsable du Brexit [5]. Ça fait beaucoup !

Au lieu de faire l’autruche, j’ai mis les mains dans le cambouis. J’ai élaboré un petit guide pour vous aider à ne pas vous faire avoir.

Ce que Facebook vous cache…

Soyons clair : Facebook a tout fait pour passer en catimini de sérieuses modifications d’utilisation ! En particulier l’activation de la reconnaissance faciale par défaut.

Le Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (RGPD) a débarqué depuis ce vendredi 25 mai [6] pour mieux protéger les européens. Tiens… la même date ultimatum que sur l’email envoyé par Facebook !

Chaque citoyen peut désormais mieux contrôler l’utilisation de ses données personnelles car toute entreprise doit recueillir un “consentement libre et éclairé” [7].

Facebook a donc forcé la main à tous ses utilisateurs européens pour passer ces modifications juste avant le RGPD. C’est de bonne guerre : les autres multinationales ont fait pareil.

Mais dans tout ce brouillard de texte, que seuls les plus courageux lisent, se camoufle chez Facebook une fonctionnalité vicieuse : la reconnaissance faciale.

Big brother is watching you

Vous vous souvenez du film de science-fiction sorti en 2002, Minority Report, avec Tom Cruise ? Une scène m’avait marqué : les publicités ultra-ciblées grâce à des scanners de la rétine (au fond de l’oeil) ! Son attention était accaparée en marchant par des dizaines de publicités chaque seconde [8].

La publicitee ultra-ciblee dans le film Minority Report via des scanners retiniens

Le film se situe en 2054, mais la réalité a déjà rattrapé la fiction !

Oubliez les USA et tournez la tête vers la Chine, pays qui compte le plus grand nombre de caméras de surveillance au monde : 176 millions réparties dans tout le pays, jusque dans certaines toilettes publiques [9] !

Les autorités ont missionné en 2017 des entreprises pour prédire les crimes en combinant l’intelligence prédictive et la reconnaissance faciale [10]. Exactement comme dans le film.

En France, nous n’en sommes pas encore là, mais restons vigilants !

Facebook revient à la charge

Facebook n’a pas attendu 2018 pour scanner nos visages : en 2010 déjà, le réseau social avait tenté de généraliser ce système sans nous avertir. Mais il l’avait retiré en 2012 suite à la pression des autorités européennes, très attachées au respect de la vie privée [6].

Rappelons que Facebook peut se traduire en français par “Annuaire des visages”. On comprend donc leur acharnement….

Cette fois-ci, Facebook s’est cassé la tête pour trouver une photo sympa et des arguments positifs : aider les personnes malvoyantes, identifier rapidement vos amis sur les photos, vous protéger contre l’utilisation frauduleuse de vos photos…

La jolie image de Facebook sur la speleologie pour nous vendre sa reconnaissance faciale

Présenté comme ça, qui n’est pas d’accord ?

Eh bien moi, pour commencer ! Le réseau veut scanner votre joli minois, pour des raisons moins avouables.

En reconnaissant votre visage sur toutes les photos, Facebook peut connaître très précisément votre réseau de connaissances, ceux avec qui vous êtes le plus en contact… même s’ils ne sont pas dans votre liste d’amis. Savoir sans vous le dire : avec qui vous étiez, quand et à quel endroit… et ce qu’il s’y passait !

Un vrai travail d’espion, mais totalement automatisé et surveillant 2 milliards de personnes… avec familles et amis, potentiellement aussi ceux qui n’ont pas de compte Facebook [11]. Pensez à vos enfants ou petits-enfants, qui ont déjà un historique long comme le bras sur le web sans avoir rien demandé.

Ces données seront inévitablement exploitées par des entreprises ou organisations dont certaines sont mal intentionnées. Aucune société ne peut garantir qu’elle ne sera pas piratée… surtout quand les enjeux sont aussi élevés.

Votre visage intéresse les services secrets

Récemment, Forbes a découvert qu’une société discrète, fondée par un ancien agent des services de renseignement israélien, collectait nos photos de profil. Pourquoi ? Officiellement pour lutter contre le terrorisme en ligne [12].

Un trombinoscope mondial à portée de clic et qui pourrait être utilisé pour d’autres motifs bien moins sympathiques. Il serait tentant pour de telles sociétés d’aller plonger dans les serveurs de Facebook et y extraire des montagnes de données pré-mâchées afin de compléter leur base.

Avant, seuls les repris de justice étaient pris en photo de face et de profil…

De plus cette technologie n’est pas 100% fiable. Jennifer Lynch, avocate pour Electronic Frontier Foundation, pointe du doigt les failles :

“nous savons que cette technologie fonctionne très mal
sur les peaux noires et plus particulièrement avec les femmes [8]

Imaginez les dérives si vous êtes blacklisté sur une compagnie aérienne pour une vague ressemblance avec un gangster. Imaginez un simple voyage de tourisme en Chine, qui se termine en prison à titre préventif pour un crime que vous ne commettrez pourtant jamais !

Et même si l’on n’a rien à se reprocher, pourquoi leur offrir notre vie privée sur un plateau d’argent ?!

Que faire ?

Vous pouvez fermer votre compte Facebook, mais c’est un choix difficile : vous perdrez instantanément contact avec de nombreuses personnes de votre réseau.

Vous pouvez aussi décider de ne plus partager de photos personnelles sur Facebook, mais vous ne pouvez pas empêcher famille et amis de partager leurs photos sur lesquelles vous figurez !

Pour que Facebook reste un outil de partage et de communication avec nos proches, il y a donc quelques précautions à prendre !

En quelques clics, protégez votre visage sur Facebook !

Si vous n’avez rien fait contre, Facebook a déjà activé la reconnaissance faciale pour votre compte. Alors suivez vite ce guide vidéo très facile pour la désactiver puis continuez d’utiliser sereinement Facebook !

Au fait, ce n’est pas ma voix, celle-ci est féminine et plus agréable à écouter.

Voici la marche à suivre pour désactiver la reconnaissance faciale dans les paramètres de votre compte grâce au “tutoriel correctif” :

(Cliquez ci-dessus pour voir la vidéo du “tutoriel correctif” < 1 min
Elle est un peu longue à charger, attendez quelques instants que la vidéo se lance, sinon, cliquez-ici)

Faites-le tout de suite, cela ne prend qu’une minute ! Comme le répète souvent ma maman : “Tout ce qui est fait n’est plus à faire !

Bien à vous,

Pierre Garnier

 

Recevez chaque semaine par email nos conseils gratuits pour sécuriser votre vie digitale et celle de vos proches…
40 000 membres nous font confiance.

@

 
Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera ni vendue ni échangée.
Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité.

 

Suggestion d'articles

Sources :

[1] Ce qu’il faut savoir sur Cambridge Analytica, la société au cœur du scandale Facebook [Le Monde – mars 2018]

[2] Cambridge Analytica a accédé aux données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook, dont plus de 200 000 en France [France Info – avril 2018]

[3] Etats-Unis : on vous explique comment la campagne de Trump a utilisé les données de millions d’utilisateurs Facebook [France Info – mars 2018]

[4] Toutes les fois où Mark Zuckerberg s’est excusé depuis la création de Facebook [France Info – avril 2018]

[5] “Sans Cambridge Analytica, il n’y aurait pas eu de Brexit”, affirme le lanceur d’alerte Christopher Wylie [France Info – mars 2018]

[6] Facebook souhaite faire valider ses technologies de reconnaissance faciale en Europe : faut-il fuir le réseau social d’urgence ? [Atlantico – avril 2018]

[7] RGPD et bases légales de traitement des données personnelles : la place du consentement [Cabinet August Devouzy – juillet 2017]

[8] Minority Report – Extrait sur la publicité personnalisée par scanner rétinien [YouTube – 2002]

[9] La solution contre les vols de PQ dans les toilettes publiques en Chine ? Un lecteur à reconnaissance faciale [NewsMonkey – mars 2017]

[10] Aussi balèze que dans Minority Report: la Chine veut utiliser la technologie pour prédire les crimes [NewsMonkey – juillet 2017]

[11] Fin 2017, Facebook comptait plus de 2,13 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois et 1,4 milliard d’utilisateurs actifs chaque jour [JDN – février 2018]

[12] Facebook : Une Base De Données Intarissable Pour Les Services De Reconnaissance Faciale [Forbes – avril 2018]

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Enfin 100% indépendants ! - SerenWays Auteurs de commentaires récents
trackback

[…] du géant de la Silicon Valley. Par exemple, mon dernier message devrait vous convaincre de désactiver la reconnaissance faciale sur votre compte Facebook et de prévenir vos […]