Ça y est, la nouvelle est tombée. Reconfinement général en France et fermeture des établissements scolaires : pas de doute la guerre est déclarée contre la covid !

Mais une autre guerre va commencer chez vous : celles des écrans avec vos enfants.

Nous voici repartis pour au moins 4 semaines à la maison. Enfermés avec les enfants… et leurs écrans !

Une nouvelle fois, il va falloir trouver des stratégies pour limiter les temps de connexion.

Tenter de faire diversion. Arriver à travailler, veiller à leur scolarité, les occuper et les aérer…

Vous avez été nombreux à m’envoyer vos témoignages suite à ma lettre « Épidémie… d’hyperconnexion ?! Retrouvons l’équilibre à la maison« . Parfois c’était même des appels à l’aide

Je tiens à partager avec vous ceux de Didier, Péguy, Martine, Séverine, Joëlle, France et Anna qui m’ont particulièrement touché. Leurs histoires pourraient vous inspirer, ou vous servir de mise en garde.

Les confinements successifs et les restrictions à répétition ont laissé des traces…

Pour les adultes, gérer les écrans c’est déjà difficile mais avec les enfants c’est carrément la galère ! Voire parfois la guerre ?!

Overdose d’écrans

Vous vous retrouvez souvent démunis face aux ados. Certains ne savent plus s’occuper autrement qu’avec les écrans :


Scotchée devant les écrans

“(…) ma fille de 11 ans est scotchée devant les écrans toute la journée, même avec ses copines, au point de perdre goût au reste.

solutions trouvées : pas grand chose sinon de partir en province durant les congés scolaires pour déconnecter. songe à mettre en place des créneaux horaires pour les écrans.”
– Didier –


Avec le jeu Fortnite, le loup est entré dans la bergerie 

Merci pour ce courrier dont le contenu est bien alarmant et tellement vrai.

Pour ma part, c’est le jeu vidéo ( Fortnite, pour ne pas le citer)qui est entré dans nos vies pendant le premier confinement. Le père de mes enfants a introduit le loup dans la bergerie !!!

Pour moi c’était l’horreur. J’ai du gérer toute seule les temps d’écran car leur père était finalement aussi pris dans le tourbillon ne se rendait pas compte des effets néfastes de ce jeu. Comme solution j’avais fait un emploi du temps incluant l’école à la maison et le jeu. Difficile à gérer sans faire la police ( exténuant).

Le problème, même un an plus tard c’est que mon fils de 12 ans n’a plus vraiment d’autres intérêts. Il dit ne plus aimer le foot, les sorties,le vélo, …! Pour les smartphones j’ai une application qui gère le temps et les applications.

J’ai hâte de recevoir vos solutions. 
– Péguy –


Il ne voulait plus sortir de sa chambre

Dès l’annonce du confinement, mon fils aîné s’est acheté un téléphone portable et un ordinateur portable.

Il est passé d’un rythme numérique très « allégé » à un rythme infernal. A part les premières semaines où il a essayé de garder un peu d’exercice physique, il a vite décroché de sa résolution. Il ne voulait plus sortir de sa chambre. Son caractère est devenu irascible. 

Il a fallu des trésors de patience pour renouer le dialogue et permettre une réflexion plus approfondie sur le sens des choses, le sens de la vie, l’importance de trouver des réponses à l’intérieur et donc d’oser la déconnection. 

Aujourd’hui, ce n’est pas gagné. Cela fait le YoYo. Sa vie d’étudiant ne correspond en rien à celle dont il avait rêvée : il lui faut faire un deuil de ses attentes de liberté et d’émancipation.

Toujours dès le 1er confinement, mon deuxième fils s’est mis à jouer aux échecs en ligne. Il en est devenu addict. Donc en plus des cours virtuels, il jouait plusieurs heures sur écran. Lui aussi est passé d’un rythme très raisonnable derrière les écrans à un rythme quasi-incontrôlable. 

Cette année, il a la chance de suivre ses cours au lycée en présentiel. Mais les heures d’échec…ça continue. Et c’est hyper conflictuel si nous entravons sa décision d’y passer des heures. (…)
– Martine –


Vous êtes inquiets pour l’avenir de vos enfants et de la société. Je me rends bien compte que les écrans peuvent transformer la maison en vrai champ de bataille…

Car chez moi aussi c’est parfois la guerre des écrans !

Un bras de fer continuel

Les écrans mettent tout le monde à cran au point de gâcher vos relations familiales : 


“ notre principale difficulté réside dans le fait de stopper le « temps d’écran ».

La limite est fixée, l’enfant (9 ans) est d’accord avec la limite, mais au moment convenu pour l’arrêt (après 30 mn ou 1h), notre enfant n’y arrive pas, nous devons systématiquement intervenir en forçant l’arrêt (débrancher l’ordinateur, le fermer de force, éteindre de force la tv) et l’énonciation simple de cet arrêt engendre des réponses agressives de notre enfant.

Cela gâche de nombreuses journées, ce problème devient central. Nous lui expliquons que l’exposition à l’écran est comme un piège, et que nous ne voulons pas qu’il y tombe. Nous ne voyons comme seul recours que des privations, qui engendrent des réclamations répétées et de l’impatience.

C’est pourtant un enfant joyeux, poète, créatif et plein d’humour à d’autres moments, heureusement.”
– Séverine –


Que puis je dire, quand on dit à son ado de 14 ans, vient on va faire un jeu, une ballade, la réponse est toujours bof pourquoi faire, ça sert à rien et en boucle pour ne pas bouger, c’est un bras de fer continuel.“
– Joëlle –


Vous qui me lisez… si ce n’est pas facile au quotidien, si c’est la guerre à domicile… soyez sûrs que vous n’êtes pas seuls. 

Parents, grands-parents, vous êtes préoccupés par la place croissante des écrans dans nos vies. Vous cherchez des solutions. Parfois elles ne sont pas loin, il suffit de tendre l’oreille !

Les murmures des autres membres

Merci aux membres de SerenWays qui m’ont partagé leurs astuces pour maîtriser l’invasion des écrans. Ou au moins pour les utiliser avec intelligence.

C’est le cas de France. Elle a eu la bonne idée de s’appuyer sur les écrans pour proposer des activités éducatives à ses enfants en pleine période de confinement :


Occuper ses enfants pendant les temps du télétravail était malheureusement synonyme de temps d’écran pour eux…

Les solutions trouvées : Proposer 1 vidéo éducative pour 1 vidéo au choix. Par exemple les C’est pas sorcier, les Multimalins, les documentaires national geographic…

Proposer un jeu de développement avant 1 vidéo au choix : ex les bases du codage

Et squizzer tous les exercices facultatifs sur écrans (nous n’avons fait que ceux obligatoires)
France –


Anna, de son côté, a pris des mesures strictes pour se discipliner, et ne pas céder à la tentation :


Je suis devenue relativement accro à Internet. Aucun « réseaux sociaux » ( j’ai 78 ans) . Mais combien d’émissions, de spectacles, d’expositions appréciés grâce à Internet !

Pour ne pas devenir dépendante, j’ai organisé les horaires de façon assez stricte, tout simplement, avec une journée entière par semaine « sans ».

J’ai aussi supprimé certains abonnements ou messages automatiques que je m’astreignais bêtement à lire jusqu’à présent.
– Anna – 


Pas facile de résoudre ce casse-tête par soi-même. Mais, ensemble, nous sommes plus forts.

Pour remporter cette guerre, mettons en commun nos idées !

  • Quelques solutions pour mieux gérer les temps d’écrans en période de confinement ?
  • Des activités pour occuper les enfants à la maison ?
  • Un avis ou des conseils à partager avec la communauté Serenways ?

Envoyez-moi vos idées et vos bons plans en ajoutant un commentaire ci-dessous. Je regrouperai les meilleures solutions dans un prochain message pour que tout le monde en profite.

Et, de mon côté, je suis en train de rassembler les meilleures activités à proposer à vos enfants ou petits-enfants pour les vacances de Pâques qui approchent à grands pas. Et même plus vite que prévu pour une bonne majorité d’entre nous.

Suivez bien mes prochains messages pour vous à remporter cette guerre des écrans à la maison.

Bien à vous,

Pierre Garnier

4 thoughts on “La guerre des écrans à la maison…”

  1. Bonsoir,

    Oui, la galère ! J’assume seule l’éducation de mes fils depuis 8 ans. Les 2 papas les ont briefé un max sur les consoles et se moquent royalement des difficuktés que je leur ai exposées.

    Pour le grand, maintenant âgé de 19 ans, j’avais fini par lui confisquer ses consoles puisqu’il refusait de les rendre malgré mes avertissements et demandes réitérées. Les 15 premiers jours ont été très tendus. Puis à force de tourner en rond, il a redécouvert le plaisir de livres, un coffret de magie. Par la suite, l’internat lui a permis en 3eme de s’ouvrir aux autres, de se découvrir une véritable passion pour le sport. Aujourd’hui il joue occasionnellement mais partage en douce sa connexion avec son petit frère alors que j’ai défini des plages horaires sur la box.

    Pour le cadet de 14 ans, il est confronté aux confinements, a des copains tous accros. Tout ce que j’essaie de lui proposer est rejeté sauf si le grand est partant !

    Je vais donc tenter d’instaurer des rituels où l’on est tous les 3 ensemble sinon en extérieur pour une balade avec pique-nique et un copain pour la journée complète.

    Je vais remonter de la cave un jeu de dominos pour faire un parcours de Dominos Effect les jours pluvieux, lancer les défis de construire des chalets en bois JeuJura au plus rapide.

    Nous avons décidé de cuisiner ensemble 3 foiss par semaine en binômes avec rotation👍. Ils participent à l’élaboration du menu hebdomadaire.😉

    Je pense tester le drône ou la voiture télécommandée qui pourraient les amuser.

    Ah et dernière chose : il y a une application géocaching qui permet de partir à la recherche de trésors cachés un peu partout dans le monde. Nous en ferons durant les vacances avec un copain et la maman, pique-nique dans un parc boisé !

    Bon courage à toutes et à tous !
    « Notre peuple vaincra ! »

    1. Merci, Edwige, pour votre témoignage et votre partage d’idées. Fédérer toute la famille autour d’une activité semble en effet être parmi les dispositions qui fonctionnent le mieux ! Vous nous direz lequel du jeu de domino ou du drone les a le plus intéressés. Bien à vous, Pierre

  2. Ici, la solution est simple. Aucun écran le matin (sauf pour envoyer les devoirs aux profs)
    Un temps de tv ou jeux après le déjeuner environ 1h30 ( le temps d un film) et 2eme pause écran après 18h (19 h en été) seulement si ils sont en pyjama et chambre rangée (faut se donner le mal de vérifier) et si les devoirs sont faits bien sûr.
    Ça fonctionne très bien. Ils savent ce qui est permis et quand)
    Pour les plus ados, le portable à l obtention du brevet des collèges
    Un accès identique que plus haut, en fonction du comportement. Interdit dans les chambres après 21h donc doit être posé.
    No limit à 17 ans (en fonction du comportement)
    Voilà..
    On est assistants familiaux, ces règles après moules essais, crises, et mises en danger de certains enfants. Nous ont permis de vivre avec les écrans.
    On a des enfants qui jouent, sortent.
    Et la punition est simple et non violente face aux débordements : un temps de moins d ecran !
    Faut s y tenir c est tout
    Bon courage

Répondre à Simon Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *