Voici une vidéo de 3 minutes sur une expérience choc qui fait réfléchir…

Tous les parents devraient la voir pour mieux comprendre les enjeux de l’hyperconnexion.

C’est un piège dans lequel nos enfants ou petits-enfants peuvent très vite sombrer. Même les adultes peuvent tomber dedans !

Expérience en caméra cachée

Cette vidéo hallucinante diffusée par France TV Londres [1] met en lumière les effets de l’addiction de nos enfants aux écrans.

Elle revient sur une expérience récente, menée en caméra cachée à Londres chez 4 familles différentes, dont les résultats sont incroyables.

 

Expérience en caméra cachée : les enfants de 4 familles de Londres, face aux écrans

 

Avant de la regarder, laissez-moi vous la présenter…

Isolé du monde !

Vous y découvrirez que quand un enfant est sur un écran, plus rien n’existe autour de lui.

Modification du décor de la pièce, voire changement de maman ou de frères et soeurs… L’enfant rivé sur son écran ne remarque rien !

Seule la coupure de connexion Internet lui fait lever les yeux… et réaliser d’un coup que quelque chose ne tourne pas rond !

Une drogue ?

Les spécialistes interrogés dans le cadre de cette expérience tirent la sonnette d’alarme, et vont jusqu’à comparer les effets des écrans à ceux de la drogue : isolement, perte des repères temporels, spatiaux et sociaux…

À ma connaissance, ce n’est pas une expérience ayant abouti à des publications scientifiques.

Pas de chiffres statistiques, certes… mais elle est hallucinante ! Et cloue le bec à ceux qui osent encore prétendre que la surexposition aux écrans n’a aucun impact.

L’addiction aux écrans peut aller très très loin… et expose nos enfants à de nouveaux risques.

Restant dans leur bulle, ils peuvent souffrir d’isolement alors qu’ils sont entourés de proches, et finir en marge de la société.

Absorbés, ils sont aussi moins vigilants à ce qui les entoure.

Circulation : danger !

Dans les transports, ils peuvent rater leur arrêt de bus ou de métro, mais peut-être aussi… se faire écraser par une voiture. À force de traverser sans regarder, les yeux perdus dans leurs écrans !

D’après une étude faite le mois dernier sur les adultes, 65% des piétons sont imprudents. J’en fais parfois partie. Hum !

Et chez les 18-34 ans, le taux explose : 91% d’entre eux consultent leur téléphone en marchant ou en traversant la rue [2]. 9 sur 10 !!!

 

Expérience sur les enfants face aux écrans : chiffres des jeunes adultes imprudents

 

Pas de chiffre pour les plus jeunes, mais ils ne sont probablement pas plus attentifs que leurs aînés.

Disparaître

Les enfants, s’ils consultent leur écran trop souvent, peuvent aussi très vite se perdre dans la foule ou s’égarer lors d’une visite de musée. Voire se tromper de maman et suivre n’importe qui à la sortie de l’école ou du collège…

En France c’est heureusement rare… mais dans certains pays, les enfants trop connectés risquent même de se faire enlever. À la clef, le paiement d’une rançon !

Un peu de recul sur l’expérience

Il ne faut pas dramatiser et savoir prendre un peu de recul. Nous sommes parfois aussi ultra-concentrés sur une activité, presque hypnotisés et donc un peu isolés du monde qui nous entoure.

Vous avez sûrement déjà lu un livre palpitant jusqu’au milieu de la nuit. Sans vous en rendre compte. Mais c’est assez rare.

Le problème avec les écrans, c’est leur côté addictif.

Ces appareils capturent l’attention très facilement, fréquemment et pour longtemps. Pour les adultes, cela crée déjà des problèmes… mais pour nos enfants dont le cerveau est en plein développement, c’est bien pire.

2 conseils express

En bref, il faut :

  • diminuer la dose d’écrans avant qu’il ne soit trop tard,
  • s’assurer qu’ils ne sont pas connectés à l’extérieur, mais seulement dans des lieux connus et sécurisés, assis confortablement pour ne pas risquer de tomber.

À vous de juger

Voici la vidéo qui m’a poussé à vous écrire aujourd’hui.

J’ai été choqué. Vous le serez moins… car j’ai déjà levé le voile sur certains aspects, mais il vous reste plusieurs surprises. Je vous laisse la regarder et me dire ce que vous en pensez !

Cliquez sur le lecteur vidéo ci-dessous pour la lancer (< 3 min 30″) :

 

 

N’oubliez pas de partager ma lettre à vos proches ! Cette vidéo est courte mais marque les esprits.

Bien à vous,

Pierre Garnier

PS : Qu’avez-vous ressenti comme émotion en voyant cette vidéo ? Avez-vous pris une décision radicale ? Ajoutez un commentaire ci-dessous…

Recevez gratuitement le Kit Temps d’Écrans,
et reprenez le contrôle !


▼ Inscrivez-vous pour l'obtenir ▼

@

 

Vous recevrez chaque semaine par email, nos conseils pratiques
pour protéger vos enfants des dangers d'Internet et des écrans.
Adresse email ni vendue ni échangée. Zéro spam.
Désinscription facile. Confidentialité

15 thoughts on “L’expérience édifiante sur les enfants face aux écrans…”

  1. Bonjour,

    il me semble que l’impact des écrans a aussi un rapport avec une éventuelle hypersensibilité de l’enfant, c’est à dire que l’enfant absorbe littéralement les contenus qu’il voit et les imite. Pour ma part, j’ai un enfant de 10 ans hypersensible, que j’ai laissé jouer à Fortnite, et ça nourrissait littéralement ses blessures affectives, ses frustrations. Tout ce qu’il ne pouvait pas exprimer émotionnellement dans le système scolaire trouvait une forme d’écho dans ce jeu. Jeu dont l’installation est gratuite mais ou l’on peut acheter des trucs pour augmenter son niveau, le côté vicieux et l’encouragement addictif dans toute sa splendeur, c’est un vrai piège pour les enfants et les adultes. Je l’ai coupé en février 2019, en gros j’ai repris mon pouvoir de maman à dire Non. Et j’ai tenu bon face à mon fils qui avait en effet des réactions de drogué en manque. C’est à nous en tant qu’adulte de poser des limites, sauf que l’effet de groupe et d’influence est très puissant, car il faudrait que chaque adulte pose des limites…

    1. Bonjour, je vous comprend à 100% car souvent on se sent bien seul à poser des limites. J’ose quand même dire à des parents que je ne veux pas que mon enfant joue à ces jeux lorsqu’il va chez eux. Je me sens mal à l’aise bien sûr car je m’impose et ils doivent sentir que je juge. On ne veut tellement pas culpabiliser mais il faut oser en parler des méfaits. Les études sortent enfin et propageons ces nouvelles.

      1. Pour qu’un enfant grandisse bien, il faut lui poser des limites. Ainsi il a des repères pour se développer dans la bonne direction. Ces limites, posées par les parents, le sécurisent et si la confiance est là grâce à une bonne communication, alors l’enfant peut profiter de toute la liberté qu’on lui donne pour s’épanouir.

      2. Parents vigilants, vous avez le pouvoir de prévenir un maximum de monde : il suffit de partager mes lettres sur les réseaux sociaux ou de les transférer par e-mail.

  2. Même si je sais pertinemment que les écrans sont nocifs, la vidéo est percutante pour mesurer la « captivité » de la personne…
    MERCI infiniment à tous ceux qui travaillent pour nous informer.

    1. Si l’on n’y fait pas assez attention, ces écrans nous coupent du monde qui nous entoure. Et ce n’est pas une question d’âge…
      Merci Marie-Noëlle pour vos encouragements !

  3. On le pense tous et on le vit tous. C’est très difficile en tant que parent. Le poids de la société et sa pression permanente rendent l’action du parent très difficile à mener: comment interdire quand le voisin laisse tout faire à son enfant…? On passe pour un terroriste…

    1. Il faut tenir bon ! Je ne me sens pas terroriste… mais plutôt protecteur pour mes enfants. C’est à nous en tant que parents de prendre du recul par rapport à ce que tous nos proches et voisins font sans trop y réfléchir. Pour autant je suis contre garder nos enfants à l’écart du monde : il faut leur permettre d’apprivoiser ces outils, pour apprendre à bien les utiliser. Pour ne pas en devenir esclaves.

  4. Merci, merci de nous éveiller à ce nouvel esclavage. Mon mari et moi sommes grands-parents, et constatons déjà chez nos petits enfants (8 ans et 5 ans) l’impact sur eux de l’écran des téléphones de leurs parents, l’attrait d’abord puis leur abrutissement après avoir été « hypnotisés », même une demi heure, par ce même écran.
    Nous leur transférons votre message et surtout la vidéo très bien faite.
    Bravo !

  5. Cette vidéo devrait être vue non seulement par les Parents et grands-parents mais aussi par les enfants, les adolescents, et les jeunes adultes … parents en devenir ! – C’est un puissant outil de réflexion et une occasion d’échanges en profondeur sur ce sujet entre adultes et enfants.
    Vos messages seront transmis à mes enfants et petits-enfants-ados – mais aussi à des amis ayant des enfants souvent laissés seuls dans leur chambre pendant des heures !!! A table ces enfants ne parlent pas …. n’échangent pas sur ce qu’ils ont vécu dans leur journée !!!!! – LEUR SILENCE DEVRAIT INQUIETER LEURS PARENTS §§§ ! ! ! ! ! ! !

  6. Les enfants-écrans ont-ils grandis entourés de livres, de jouets et de jeux qui leur procuraient un plaisir réel ? Ont-ils pris du plaisir à jouer, à marcher ou à courir dans des parcs ou dans la nature en écoutant et en regardant les oiseaux ou d’autres animaux ? Ont-ils joué à des jeux de société entre eux ou avec leurs parents et grands-parents ? Ont-ils regardé des dessins animés à la télévision ? Je n’imagine pas mes deux petits-fils – six ans et demi et trois en et demi – rivés passivement des heures durant devant une tablette.

  7. Je me souviens du jour où ma fille de dix ans avait reçu pour cadeau une Game Boy. Je l’ai laissée jouer à son gré pendant la première semaine, mais j’ai vite vu que le fait de jouer produisait chez elle un conditionnement, car elle délaissait ses autres activités qu’elle aimait pour rejouer sans arrêt. Il a fallu que nous prenions des mesures strictes. Pour mémoire, ça avait été la même chose avec la télévision; nous avons déclaré le câble « hors d’état de fonctionner » pendant la période des examens. Toutes ces stratégies ont fonctionné. Ces jeux ont été inventé pour conditionner les joueurs à base de programmes plus ou moins sophistiqués de renforcement; il en a été de même quand facebook a été crée; il s’agissait d’une expérience sur le grand public qui a réussi, vu que des millions de personnes sont tombées dans le panneau et souffrent d’une telle dépendance qu’elle préfèrent jouer au lieu d’aller travailler. Cela doit nous faire réfléchir et agir.

Répondre à Perrier Marie-Noëlle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *